Pour vous procurer un CD, n'hésitez pas à nous contacter

LUX AETERNA

Ce disque remet à l'honneur une forme jadis très appréciée du Plain-chant d'église : le faux-bourdon à trois ou quatre parties. Ceux ici proposés sont issus d'une édition du Nord de la France (Cambrai 1840). Faire justice à un répertoire en train de disparaître et sur lequel on a prié dans les églises occidentales pendant quinze siècles, redonner au plain-chant grégorien son extraordinaire force d'évocation pour mener l'auditeur à une certaine expérience intérieure, dans un souci constant d'équilibre entre l'exactitude historique et la prise en compte de la sensibilité actuelle : telle était, dans cet enregistrement, la visée des Paraphonistes. Les chanteurs, habitués à pratiquer les répertoires de musique ancienne religieuse, partagent une même passion : celle de retrouver la saveur incomparable de ce chant étonnamment sobre et pourtant si riche .

Diapason d'Or, juillet 2000 - Extraits musicaux:

   
CODEX CALIXTINUS

Le manuscrit dit "Codex Calixtinus" porte le nom du pape Calixte qui a vécu à l'époque où la copie a été réalisée, au milieu du XIIème siècle. Ce manuscrit est conservé à l'église saint Jacques, à Santiago de Compostela en Espagne. Il a contribué à faire de ce lieu le troisième plus saint de la chrétienté, après Jérusalem et Rome. Dans l'histoire de la musique européenne, on considère que le manuscrit est parmi les sources les plus importantes du XIIème siècle. Outre le chant monodique, il conserve aussi quelques uns des exemples les plus anciens d'organum à deux voix du style mélismatique.

Sous la direction de Damien Poisblaud l'exécution et l'enregistrement de la musique du manuscrit Codex Calixtinus a été l'un des plus importants travaux entrepris dans le cadre d'une collaboration des villes d'Europe pendant l'année 2000.

   

REQUIEM Grégorien

 La prière pour les défunts a toujours tenu chez les chrétiens une place privilégiée ; elle est l'expression même de l'espérance et de la foi en l'immortalité. Habitées par cette foi en l'Au-delà, les mélodies qui composent ce Requiem respirent la sérénité et la paix. Une telle richesse les place d'emblée au rang des chefs d'œuvres musicaux, et l'on sait combien elles ont inspiré les compositeurs de tous les temps, tels Ockeghem, Campras, Berlioz, Fauré, jusqu'à Duruflé qui n'a pas hésité à citer littéralement toutes les tournures mélodiques de la messe grégorienne.

Diapason d'Or, décembre 1996 - Extraits musicaux:

   
CHANT Grégorien

"Certains sont charmés par la marche tranquille et noble du 1er mode, d'autres sont empoignés par la rude gravité du second; quelques uns prennent plaisir aux sauts énergiques et presque brutaux du 3ème; l'enjôlant 4ème mode attire de nouveaux d'autres personnes; il y a des gens qui sont émus par la vivacité modeste du 5ème et par la chute rapide à la fin de la mélodie d'autres sont séduits par le caractère plaintif du 6ème; certains entendent volontiers les sauts d'intervalles du 7ème mode rappelant ceux des mimes; d'autres enfin aiment la beauté tranquille du 8ème"

 (Jean Cotton, fin XIè s)